INTERNATIONAL DX GROUPE VICTOR LIMA

Cibistes, Amateurs Radio, 11 Mètres, DX et PMR 446
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 69 le Mar 26 Juil - 22:38
Adhésion ici
Propagation on the 11 meter band
Derniers sujets
» Telechargement Teamspeak
Sam 20 Fév - 18:24 par Admin

» MCarlo
Dim 17 Jan - 20:23 par sylvain

» 14 ps 159
Jeu 31 Déc - 0:00 par sylvain

» j'ai bien connu les VL dans les années 94 à 99
Lun 20 Juil - 17:52 par djolindien9

» 14VL056
Dim 10 Mai - 14:08 par kandiraton

» Utilisation des canaux Suisse
Dim 10 Mai - 12:52 par Admin

» ..salut
Dim 3 Mai - 18:32 par Admin

» IsèreAmat 2015 en isère (38)
Ven 27 Mar - 15:18 par 14VL037

» Onde'Expo 2015 (69)
Ven 27 Mar - 15:07 par 14VL037

» 14VL037
Jeu 26 Mar - 13:56 par Admin

» Ecouter la station spatiale ISS
Mar 3 Mar - 3:17 par Admin

» VL/HB30
Dim 22 Fév - 15:06 par Admin

» Règlementation
Sam 24 Jan - 23:50 par Admin

» radio Enterprise Italie
Sam 24 Jan - 23:29 par Admin

» Même combat, licence Novice et DX 11 mètres
Sam 24 Jan - 23:07 par Admin

» Opération BUNKER 2015 - rassemblement multi groupe
Dim 18 Jan - 9:06 par 14VL547

Les posteurs les plus actifs de la semaine
Meilleurs posteurs
Admin
 
TONTON 12
 
Phenix12
 
fbinfographie
 
14vl1880 Raymond
 
manu34
 
Moseka
 
rjc
 
14HS402
 
deltaloop
 
FunAlpes Radio

Partagez | 
 

 Rôle d‘un Président

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 183
Points : 488
Date d'inscription : 06/11/2009

MessageSujet: Rôle d‘un Président   Lun 4 Jan - 15:58

Rôle d‘un Président

Il ne faudrait pas que cette lecture vous incite à enfiler vos pantoufles, vous caler dans un fauteuil et ne plus jamais vous engager dans quelque activité que ce soit !
Si cet ouvrage a pour objectif de vous faire prendre conscience de vos responsabilités en tant que gestionnaire d'une association, son but n'est pas pour autant de vous décourager.
Vous avez créé une association, ou vous y participez, car vous avez des envies, des principes, des refus, des révoltes.
Bref, vous voulez que quelque chose change pour vous, autour de vous. Loisirs, culture, situations sociales... À partir de là, vous, association, vous avez affaire à la loi.
L'association est responsable au même titre que l'individu.
Nous allons voir de quelle manière, dans quelle mesure et dans quelles circonstances la loi vous considère comme responsable. Comment vous pouvez et devez vous couvrir. Ce à quoi vous pouvez, ou ne pouvez pas, échapper.
Un Président c’est un personnage clé de l’association, tout à la fois :
• son représentant juridique (face à la Justice, face aux pouvoirs publics et aux financeurs, face aux usagers, face aux membres, ...)
• son animateur (celui qui donne vie, souffle ...),
• le garant des décisions prises et de leur exécution

Au plan légal :

Les pouvoirs du président sont définis par les statuts. Mais d’une manière générale, le président est habilité à représenter l’association dans les actes de la vie civile. Il peut donc signer les contrats au nom de l’association, même si cela ne veut pas dire qu’il peut décider tout seul. Pour certains actes, il peut être préalablement habilité par les statuts à agir soit par le conseil d’administration, soit même par l’assemblée générale des membres. Le président représente également l’association en justice. Il peut, sauf stipulation contraire des statuts, agir en justice au nom de l’association

Au plan organisationnel :

Le président est celui qui convoque l’Assemblée générale des membres, le conseil d’administration et le bureau. C’est lui qui supervise la conduite des activités de l’association, même s’il bénéficie le cas échéant de l’aide de collaborateurs salariés. Il est le coordinateur de l’association, celui qui anime les réunions, signe les invitations et les convocations.

Au plan moral :

Le président est le garant des orientations de l’association, définies par l’Assemblée générale : c’est lui qui est appelé à rendre des comptes de l’exécution de ces orientations devant l’Assemblée Générale. Il le fait en particulier dans son rapport moral annuel. Mais c’est lui également qui donne un visage, une image de l’association pour les interlocuteurs extérieurs. Enfin, le Président peut être quelqu’un qui délègue beaucoup de ses prérogatives ou quelqu’un qui tient à endosser toutes les responsabilités et les décisions sans partage réel. Devenir président d’une association, cela s’apprend, mais les manières d’exercer la fonction sont aussi diverses que les individus qui acceptent cette responsabilité.

PS : Nous reviendrons plus en détails sur les associations CB et clubs DX, mais d’ors et déjà vous êtes invités à prendre connaissance du topic « Sommes nous bien assurés »

mais aussi en commentaires à cet article une suite qui pourrait vous interesser.

_________________


TOUTES LES NEWS ICI


Dernière édition par Admin le Lun 4 Jan - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dxgroupevictorlima.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 183
Points : 488
Date d'inscription : 06/11/2009

MessageSujet: Responsabilité des dirigeants associatifs   Lun 4 Jan - 16:35

La responsabilité des dirigeants associatifs

Accidents lors d’une sortie à la campagne, blessure au cours d’un match, vol de matériel confié à l’association, autant d’occasions pour les dirigeants associatifs de voir engager leur responsabilité, avec parfois au bout la désagréable surprise de se retrouver condamné bien au-delà de ce qu’ils imaginaient.

Des responsabilités tous azimuts

Les dirigeants sont responsables civilement si un accident s’est produit dans le cadre des activités de l’association et que la victime porte plainte ; pénalement si l’association ou l’un de ses dirigeants enfreint la loi ou une réglementation ; financièrement, en cas de faute de gestion. Et même si, depuis la réforme du code pénale, l’association peut être poursuivie en tant que personne morale, cela n’exonère pas la responsabilité du président qui se retrouvera en première ligne si la responsabilité de l’association est engagée. Les dirigeants ont donc tout intérêt à mettre en œuvre une politique de prévention des risques systématiques et bien sûr de contracter des assurances adaptées.

Une responsabilité civile dans le cadre des activités de l’association

La responsabilité civile de l’association et de ses dirigeants peut être engagée dès lors qu’une personne ayant subit un dommage dans le cadre des activités d’une association porte plainte pour demander réparation du préjudice. La victime peut alors aller jusqu’à rechercher la responsabilité personnelle du dirigeant qui devra lui payer dommage et intérêt s’il est prouvé que celui-ci est bien responsable du préjudice subit et que la faute commise n’a rien avoir avec les fonctions qu’il occupe dans l’association.
Il faut savoir que responsabilité civile ne rime pas nécessairement avec infraction à la loi. Si la responsabilité civile est engagée lorsque les dommages subis résultent d’une faute intentionnelle , une imprudence ou même une simple négligence peut aussi l’engager.
Dans tous les cas l’association a une obligation de sécurité : les associations sportives sont particulièrement exposées à cette obligation (qui est une obligation de moyens et non de résultat) à l’occasion de leurs manifestations. Dans le cadre de l’organisation d’une course à vélo par exemple, et en cas d’autorisation de la circulation des véhicules en sens inverse, la protection des cyclistes doit être assurée en leur fournissant une escorte. Si tel n’est pas le cas et qu’un cycliste est blessé, l’association (donc ses dirigeants) sera reconnue responsable pour n’avoir pas assuré la sécurité des participants. (Cour de cassation, Chambre civile 1, 16 décembre 1997)
Une responsabilité financière en cas de faute de gestion
En principe, les dirigeants d’association n’ont aucune responsabilité personnelle quant au paiement des dettes ou du passif de l’association, sauf s’il est prouvé que les dirigeants ont commis une faute de gestion. Dans ce cas le président pourra être contraint de payer personnellement les sommes dues par l’association. Par exemple, si des dépenses ont été engagées sans avoir préalablement vérifié qu’il y avait bien l’argent correspondant sur le compte de l’association, il y aura faute de gestion.
Par ailleurs, si le dirigeant de l’association ne tient pas au courant l’assemblée générale, le conseil d’administration, et les services compétents des difficultés financières de l’association ou d’erreur de gestion, en clair, s’il ne se tient pas à un devoir de transparence et d’information, sa responsabilité peut être également engagée. Pour éviter ce genre de situation, le dirigeant doit poursuivre une gestion rigoureuse et transparente (le fait de suivre la comptabilité chaque mois est primordial) et tenir informé les instances de l’association de l’état des comptes en faisant toujours approuver ces derniers par l’assemblée générale.

Une responsabilité pénale en cas d’infraction à la loi

On parle de responsabilité pénale lorsqu’il y a infraction à la loi entraînant une condamnation et une peine. De la responsabilité civile à la responsabilité pénale, l’approche des problèmes est ainsi complètement différente, différence qui s’explique par l’écart de finalité qui sépare ces deux facettes de la responsabilité : alors qu’il est question de la réparation (d’un préjudice subit par une victime) dans la première, c’est de répression dont il s’agit dans la seconde (les éléments propres à chaque infraction étant déterminés légalement).
La nature des infractions varie : il peut s’agir de crimes et délits contre les biens lorsqu’il y a vol, escroquerie, abus de confiance, recel ; de crimes et délits contre les personnes lorsqu’il y a par exemple dénonciations calomnieuses, pratiques discriminatoires, blessures, exposition à un risque de blessure ou de mort, homicide involontaire… De contraventions lorsqu’il y a diffamation, provocation à la haine raciale ou injure. L’injure cependant et pour ne prendre qu’un exemple, peut être considérée comme un délit ou une contravention suivant son caractère public ou non (L. 29 juillet 1881, art. 29 et s; C. pén., art. R. 26-11° ; N.C. pén, art. R. 621-2 et R. 624-4)

Dans le cas de la responsabilité pénale, enfin, la détermination des responsables est fonction des textes. Mais dans la pratique, ce sont les dirigeants qui sont le plus souvent inquiétés pour la plupart des infractions. Par exemple, dans le cas où un mineur confié par décision de justice à une association, commet un dommage alors qu’il habite chez ses parents, l’association est tenue pour responsable tant que le juge ne décide pas de l’inverse : arrêts du 6 juin 2002, n°00-18-286, 00-19-922 et 00-15-606
Une responsabilité pénale allégée en matière d’homicide et blessures involontaires
Toutefois, la loi n° 2000-647 du 10 juillet 2000 a modifié la responsabilité pénale en introduisant des précisions sur la définition des délits non intentionnel (article 121-3 du Code Pénal).
Elle considère en effet que les dirigeants qui ont pris les précautions qu’ils pouvaient prendre dans la limite de leurs compétences et des moyens dont ils disposaient ne seront responsables pénalement que s’ils ont :
• violé de façon délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou par le règlement,
• commis une faute caractérisée qui exposait autrui à un risque d’une gravité qu’ils ne pouvaient ignorer.
Même si la responsabilité pénale du dirigeant n'est pas engagée, cela n’empêchera pas pour autant les actions en terme de responsabilité civile permettant aux victimes d’être indemnisées. Et ce, même si la victime a commis une imprudence ou n’a pas observé les règles. (cf : « Encadrement des mineurs, nouvelle donne »).

Prévoir les risques et les assurer

Cette responsabilité civile et pénale qui incombe à l’association et à ses dirigeants doit amener à réfléchir sur la prévention des risques et sur la meilleur façon de les assurer. Attention,la responsabilité pénale ne peut pas être assurée, les assurances dites « protection juridique » ne prennent en charge que les frais de défense de l’assuré devant les instances répressives, en aucun cas elles ne prennent en charges les amendes et à fortiori les peines.
Même si les dirigeants sont particulièrement vigilants en terme de sécurité dans le cadre des activités de l’association, le risque zéro n’existe pas. La seule solution possible est d’assurer l’association avec un contrat d’assurance le plus adapté, en ayant préalablement analysé toutes les activités de l’association sous l’angle des risques possible afin de les éviter au mieux. Avant de choisir son contrat d’assurance, donc, il faut lister tous les risques encourus en pensant aussi bien aux dommages que pourraient subir les personnes (bénévoles, salariés ou tiers), que les biens (matériel, locaux, bien d’autrui) qui peuvent être dégradés ou tout simplement volés. En matière d’assurance, il existe ensuite deux types de contrat : le contrat multirisque ou les contrats séparés par type de risque, mieux adaptés pour une activité comportant des risques réguliers et importants, sur lesquels peut renseigner la Fédération Française des Sociétés d’assurances.
http://www.cdia.fr/

_________________


TOUTES LES NEWS ICI
Revenir en haut Aller en bas
http://dxgroupevictorlima.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 183
Points : 488
Date d'inscription : 06/11/2009

MessageSujet: Dans le cas précis   Lun 18 Jan - 14:49

Suite à des doléances de la part d'un président de club qui a du mal à comprendre ce qui est écrit dans les textes plus haut reprenons dans le cas d'un club CB.

Pour mieux comprendre revenons à ceci, Je fais partie de ceux qui n'acceptent pas de la par d'un club DX entendre dire ou voir écrit,notre club ne saurait être tenu responsable de l’utilisation de certaines fréquences lors de nos activations, contests, etc...

Agir de la sorte c'est de l'irresponsabilité envers soit même et envers ses membres, faisant une traduction simple ca donne ceci: temps que tout vas bien nous sommes amitié, fraternité, convialité, une famille quoi, bref ca suffit pour imager, par contre en cas de pépin que chacun se débrouille.

En réalité ce qui est rêve peut aussi devenir cauchemar, ce n'est pas en écrivant ceci qu'un président dégage sa responsabilité, imaginons un cas surréaliste mais pas tant que cela, en cas de procès pour utilisation de fréquences interdites, comment pourrait un président de club DX dégager sa responsabilité sachant que dans la plupart des cas c'est à partir de 27.415 qu'on lieu les contacts et tous les commentaires relatifs à l'existance du club vont dans ce sens ce qui est normal et que je soutiens. Mais revenons au président qui de par sa fonction qui sera toujours consideré avoir incité ses membres à une pratique illicite.

Quels éléments possède-t-il pour sa défense? ses QSLs qui attestent le contraire?

Si vous avez des réponses concrètes, merci de les partager.

_________________


TOUTES LES NEWS ICI
Revenir en haut Aller en bas
http://dxgroupevictorlima.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rôle d‘un Président   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rôle d‘un Président
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le président de la Guinée-Bissau tué par des militaires.
» Il y a 40 ans mourait le président Kasa-vubu
» Dépensier, notre président ??
» Kagame "président" de la RDC Wikileaks.
» Photo du " président Theodor Tissier"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INTERNATIONAL DX GROUPE VICTOR LIMA :: Toutes les News-
Sauter vers: